quelques commentaires glanés sur les forums en ce mois de novembre 2007

libéralisme financier déréglementé: 

La cupidité est une des composantes suffisamment forte du comportement humain, pour mener à des catastrophes  emoticone

frada37 [08/10/2007 10:05] Note 3/5 dit :

Obsédés par les problèmes de financement, nous en oublions presque les problèmes de besoins. Si vous avez 50 ans aujourd’hui, le repas que vous prendrez quand vous aurez 90 ans devra être « produit » dans 40 ans où alors il faut se préparer des conserves durables….
Il faudra donc des têtes et des bras pour travailler plus tard. Ils seront chez nous ou nous nous délocaliserons….
Pour les solutions, je crois au libéralisme pratique. S’il y a du travail, il y aura des gens pour travailler, qu’ils aient 70 ans ou qu’ils viennent d’ailleurs. Ce à quoi je ne crois pas, c’est au libéralisme financier déréglementé. La cupidité est une des composantes suffisamment forte du comportement humain, pour mener à des catastrophes si on n’en limite pas les effets.

MTP [08/10/2007 10:45] dit :

Cher monsieur,

Ayez le courage de vos opinions et dites le sans complexes : vous voulez supprimer les retraites.
Vous qui prétendez être libéral vous voulez légiférer pour élever l’âge de 60 à (?) & n’hésitez pas à circonvenir le libre choix des gens de partir (ou pas ).

Vous ne voulez pas réduire le train de vie des retraités actuels – ce sont vos électeurs – , mais vous n’hésitez pas lorsqu’il de reporter sur les générations à venir le prix de votre retraite. Quel courage !

Sortez de votre bulle : allez regarder dans la rue, les banlieues, les villages de campagne « ce qu’on est » à 80 ou même à 70 ans en 2007 : la réponse vraie, c’est qu’on est fatigué. C’est qu’à 70 ans on n’a plus la capacité de travailler (je parle de VRAI travail, pas de rester assis dans un fauteuil et d’écrire des articles).

Si aujourd’hui l’espérance de vie est longue, avec vos « méthodes », l’espérance de vie va bientôt finir par stagner et BAISSER.

Et ce sera (un peu, enfin) grâce à vous.

miaou [08/10/2007 12:36] Note 2/5 dit :

Depuis des dizaines d’années la classe politique française n’a pas de politique démographique, et, aujourd’hui, un de ses membres vient faire la leçon !

Rappelons au passage que la retraite à taux plein n’est pas à 60 ans, mais à 65 ans. Et soulignons que celui qui part aujourd’hui en retraite à 60 ans à certaines conditions financières n’est pas sûr que dans cinq ans il partirait avec des conditions équivalentes (augmentation des annuités de cotisation requises, etc)… à supposer qu’il ait réellement le choix.

 

ymahe [09/10/2007 11:54] Note 4/5 dit :

Plusieurs commentaires font apparaître une des difficultés psychologiques à accepter le retardement du départ en retraite: la crainte de ne pouvoir s’adapter à encore plus de changements d’orientations, chacun comportant évidemment, des risques supplémentaires de perte de qualification, et de sérénité au travail.

C’est vrai, tout le monde ne s’acharne pas sur son boulot jusqu’à la fin de ses jours.

Pour beaucoup, arrive un moment, plus ou moins tardif, où la volonté, (la capacité?), d’efforts est moins grande. Au delà de ce moment, tout changement déstabilise, plus ou moins gravement.

Et retarder la retraite, c’est augmenter ce risque.

Question: la capacité d’adaptation de l’homme au changement peut-elle progresser autant que sa longévité?

Je ne crois pas que cela se ramène à une « formation »: plutôt à une « éducation ».

 frada37 [09/10/2007 13:48] Note 3/5 dit :

Ymahe,
Vous posez bien un des aspects du problème.
La capacité ou la crainte d’incapacité à l’adaptation.
Nous avons perdu la relation biunivoque qui permet à l’individu de s’adapter à la société, mais aussi à la société à s’adapter à l’individu.
Le vieillissement diminue certaines aptitudes physiques (force, capacité de récupération…) et un peu moins les facultés intellectuelles. C’est une évidence. Il y a en a une autre, c’est que de nombreuses activités ne nécessitent pas des performances extraordinaires et qu’au niveau de la fatigabilité, les variantes d’adaptation sont infinies.
Reste la barrière psychologique. Elle joue à tout âge. L’enfant à qui on dit qu’il est nul en maths sera fort probablement nul en maths. La personne âgée à qui on explique qu’elle ne peut pas s’adapter ne s’adaptera pas et pourtant, il y a des personnes âgées peu instruites qui se mettent à l’informatique ou à la musique et d’autres instruites qui pensent que ce n’est pas pour elles…

 peterpan1 [10/10/2007 19:58] Note 4/5 dit :

Qu’est-ce qui inquiète notre société en ce moment ? le financement des retraites et de l’allongement de la durée de vie. Je ne suis pas sûr qu’en confiant des tâches inférieures aux seniors on aille dans le bon sens. Nous avons besoin de richesse dans notre pays et nous l’obtiendrons par d’autres moyens. Si vraiment nous n’en sommes pas capables, alors commençons à rogner sur tous nos acquis. Et dans quelques années certains d’entre nous, les plus chanceux, mettront la clef sous la porte ou s’enfermeront dans des résidences surveillées pendant que les autres survivront.
J’aimerai que certains d’entre nous se mettent à rêver et libèrent leurs esprits pour imaginer un monde nouveau et le mettre en pratique. Cela pourrait commencer par le regard que l’on porte sur les gens de plus de quarante ans dans les entreprises, par plus de temps donné aux salariés pour développer de nouvelles approches de leur travail, de la créativité, de l’aide à la mobilité géog. ou prof., la recon. de l’asso

0 commentaire à “quelques commentaires glanés sur les forums en ce mois de novembre 2007”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


octobre 2007
L Ma Me J V S D
« juil   déc »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur: Claudine

bienvivresaretraite


Les ami(e)s du Costa Rica |
Comité d'Etablissement Airc... |
association VERT LA VIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | maidoc
| cateclic11
| mummies coeur arc-en-ciel